Conférences aux Archives départementales de la Drôme
Nationale 7, de la route royale à la route des vacances
Article mis en ligne le 4 octobre 2014

par sandy
logo imprimer
Licence : CC by-nc-nd

Le couloir rhodanien a toujours permis la circulation des hommes et des marchandises. Le département de la Drôme a bénéficié, pour son développement, de la présence de toutes les infrastructures de transport sur son versant ouest : voie fluviale, route et chemin de fer. Retracer l’histoire de la RN 7 nous amène à réfléchir à l’évolution du rôle de cet axe routier dans l’aménagement du territoire drômois.

 Mercredi 15 octobre 2014 à 18h30 : Les employés de la route aux XIXe et XXe siècles.

Odile Sainsorny, master 2 d’histoire des sociétés contemporaines, université de Grenoble.

Et si l’on s’intéressait aux travailleurs qui, dès le XIXe siècle, ont constitué le réseau routier drômois ? Jusqu’à présent, les études portaient sur les ingénieurs des ponts et chaussées et du service vicinal. L’intérêt porté aux enjeux politiques et économiques de la route aurait-il fait oublier les approches plus sociales qui concernent ses employés ? L’étude des ouvriers de la route dévoile la pratique et les enjeux politiques et sociaux du métier de cantonnier. L’histoire de la route est ainsi renouvelée par l’analyse sociale de ses constructeurs à l’échelle locale.

  Mercredi 19 novembre 2014 à 18h30 : La construction de la route royale dans la vallée du Rhône au XVIIIe siècle.

René Favier, professeur honoraire d’histoire moderne.

La route royale de la vallée du Rhône ne constitua pas un objectif prioritaire de la monarchie française quand elle mit en œuvre, à partir des années 1730, la construction d’un vrai réseau routier.

Ce n’est que lorsque les Anglais fermèrent aux navires français la route du détroit de Gibraltar durant la Guerre de Sept ans que s’imposa la nécessité de sa construction. A partir des années 1760, c’est sur elle que les ponts et chaussées de la province de Dauphiné concentrèrent leurs efforts.

A la veille de la Révolution, si elle n’était pas entièrement achevée, la nouvelle route favorisa, à côté de la navigation fluviale toujours dominante, un considérable essor des communications marchandes entre la Méditerranée, Lyon et la France du nord.

 Mercredi 17 décembre 2014 à 18h30 : La RN 7 du mythe à la réalité.

Anne-Marie Granet Abisset, professeur d’histoire contemporaine, université de Grenoble.

La RN 7 a été chantée par Charles Trenet. Elle est actuellement mythifiée par des personnes et des associations qui reconstituent le mode de circulation et de vie des années 1960 dans la nostalgie d’une période dont les vacances et le voyage par la N 7 incarnaient le progrès et l’optimisme généralisés.
Patrimonialisée, la N 7 est cependant une route déclassée, résultat des transformations plus récentes, aménagements comme modes de vie. Ce sont ces paradoxes et cette histoire inscrite dans la longue durée qui intéressent des chercheurs, qui ont choisi de prendre cette route comme sujet d’études. Cette conférence rendra compte de ce programme en se centrant sur les phénomènes de patrimonialisation de la route.

En espérant vous voir bientôt.


Lucie Dunas-Olivier-Drure
Pôle des publics
Archives départementales
14 rue de la Manutention
26 000 Valence
Tél : 04.75.82.44.80
courriel : ldunas-olivier-drure@ladrome.fr




Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceAdministration puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2017 © Cercle Généalogique de la Drôme Provençale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.59
Hébergeur : Infomaniak.ch