LAFARGE
et les cimentiers des bords du Rhône
Article mis en ligne le 5 janvier 2017

par MARCEL-PONTHIER Marylène
logo imprimer
Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

 Sommaire

1RE PARTIE : UNE SITUATION PRIVILÉGIÉE

Chapitre 1 - Le calcaire, une matière première indispensable
Chapitre 2 - Le Rhône aménagé, une nécessité
Chapitre 3 - Le chemin de fer, plus vite, plus loin
Chapitre 4 - Le Teil, berceau de la chaux
Chapitre 5 - Viviers, cité épiscopale
Chapitre 6 - Rochemaure, gardienne du Rhône
Chapitre 7 - Meysse, carrefour ancien
Chapitre 8 - Cruas, site médiéval
Chapitre 9 - Montélimar, citadelle seigneuriale
Chapitre 10 - L’Homme-d’Armes, hameau de Savasse
Chapitre 11 - La Coucourde, fille de Lachamp-Condillac

2E PARTIE : LAFARGE, UNE FAMILLE, UNE ENTREPRISE

Chapitre 1 - L’installation au Teil
Chapitre 2 - Auguste Pavin de Lafarge, le fondateur
Chapitre 3 - Léon et Édouard, les deux fils d’Auguste
Chapitre 4 - Vers une entreprise « paternaliste »
Chapitre 5 - Joseph et Auguste, la relève
Chapitre 6 - Une fin de XIXe siècle prometteuse
Chapitre 7 - Un début de XXe siècle bouleversé
Chapitre 8 - Une difficile reprise
Chapitre 9 - Les grèves de 1936 et le séquestre
Chapitre 10 - Un élan salvateur
Chapitre 11 - Une renommée mondiale

 Bulletin de souscription

Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceAdministration puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2017 © Cercle Généalogique de la Drôme Provençale - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.26
Hébergeur : Infomaniak.ch